ORGANISATION DE LA MENTION

La mention "Humanités médicales" se compose d'une première année d'enseignenement sous forme de Tronc Commun, qui permet d'accdéer en deuxième année à 4 parcours-types :

  • Anthropologie évolutive : os, gènes, cultures
  • Anthropologie médico-légale et bioarchéologie
  • Addcitologie : de la cellule au comportement humain
  • Approches éthiques, déontologiques et anthropologiques de la santé

 

OBJECTIFS DE LA FORMATION

Compétences communes :

  • Acquérir les connaissances minimales des disciplines qui composent la mention Humanités en Santé
  • Comprendre la relation étroite qui existe en Anthropologie Biologique et Médecine, deux disciplines holistiques qui s’intéressent à l’Homme et aux relations biologie / culture, mais l’une sous l’angle du « normal » et l’autre sous l’angle du « pathologique »
  • Donner aux étudiants les bases fondamentales des processus de l'évolution et de la variabilité des populations humaines, actuelles et passées
  • Savoir replacer les principaux jalons chronologiques, géographiques et culturels qui accompagnent une question biologique
  • Connaître les principales étapes de l'histoire de la discipline
  • Etre capable de mettre en application et de répondre à des questions à partir des connaissances disciplinaires et transdisciplinaires
  • Découvrir les principaux outils méthodologiques ou techniques usuels dans nos disciplines tels que les bases de données, les tableurs, les statistiques, le référencement et la bibliométrie
  • Savoir réaliser une recherche documentaire et maitriser le vocabulaire technique des différents enseignements
  • Mettre en œuvre les bases d’un projet de recherche : cadrage de la question, problématisation, élaboration d’un premier recueil de données, construction d’une bibliographie évolutive
  • Analyser, modéliser, expérimenter, critiquer, synthétiser (distinction opinions/savoirs)
  • Savoir mettre en œuvre un protocole expérimental lié à une question donnée et ne pas confondre expériences, réplications et expérimentation
  • Rédiger des documents de travail (rapports, notes de synthèse...) adaptés aux personnes et situations rencontrées et appropriés aux organisations et structures concernées en français et en anglais
  • Identifier, utiliser et traiter des données pour formuler des hypothèses et réponses à des cas réels
  • Développer l’autonomie et la prise d'initiative de recherche
  • Connaître le ou les champs professionnel(s) associé(s) à la discipline

Compétences M1 (tronc commun)

  • Connaître les fondements de l'Anthropologie Biologique moderne
  • Connaître les acteurs, les institutions et les cadres juridiques et réglementaires des différentes disciplines de l’Anthropologie biologique
  • Connaître la terminologie (française et anglaise), les définitions et les concepts de l’Anthropologie Biologique
  • Connaître les grands champs disciplinaires utilisés pour reconstituer le fonctionnement des sociétés passées et actuelles
  • Etudier les phénomènes complexes des corps, en relation avec le milieu, l'histoire, les pratiques, dans une visée holistique
  • Acquérir des connaissances de base en Évolution humaine
  • Former les étudiants aux méthodes établies en anthropologie biologique et applicable aux squelettes humains
  • Avoir une réflexion critique sur les méthodes et sur leur applicabilité populationnelle et individuelle
  • Connaître les bases de statistiques appliquées à la biologie
  • Maîtriser les techniques de mesure et de modélisation du corps humain
  • Être initié au processus de production, de diffusion et de valorisation des connaissances
  • Savoir schématiser un raisonnement scientifique sous forme de carte heuristique
  • Etre sensible aux aspects éthiques, légaux et sociaux liés au développement des systèmes d’information

Compétences M2, spécialisation par parcours :

  • Articuler les connaissances de sa discipline avec les autres disciplines
  • Se tenir informé de l’actualité scientifique du domaine relatif au parcours choisi

 Compétences pour le parcours « Anthropologie évolutive : os, gènes, cultures »

  • Appréhender les théories et méthodes de l’étude génétique des populations
  • Appréhender les mécanismes responsables de l’évolution
  • Appréhender les mécanismes responsables de la variabilité intra et inter populationnelles
  • Détecter et mesurer les mécanismes macro- et micro-évolutifs à des moments-clés de l'évolution humaine
  • Interpréter les pratiques funéraires du fait sépulcral individuel à la civilisation
  • Connaître les principes de l’Anthropologie de terrain
  • Appréhender l’histoire des peuplements

Compétences pour le parcours « Anthropologie médico-légale et bioarchéologie »

  • Connaitre les grands principes de la médecine légale moderne (dont l’anthropologie biologique est l’un des outils participant à l’identification des corps sous X)
  • Connaitre les principaux contextes (judiciaires, politiques et patrimoniaux) où sont mobilisées les expertises médico-légales
  • Répondre aux demandes de la société/justice
  • Identifier les restes humains via le profil biologique
  • Mobiliser les connaissances en ostéologie pour identifier les vestiges osseux et dentaires humains, complets et fragmentaires
  • Connaître les principes de l’Anthropologie de terrain et de la taphonomie
  • Analyser et interpréter les pratiques mortuaires à l’échelle de la tombe, de l’ensemble funéraire et d’un groupe culturel

 Compétences pour le parcours « Approches éthiques, déontologiques et anthropologiques de la santé »  

 Connaitre les fondamentaux de l’éthique et de la déontologie en médecine, en recherche biomédicale et en expertise

  • Savoir identifier et prévenir les conflits d’intérêts dans le domaine de la santé
  • Acquérir la connaissance des outils méthodologiques de résolution des dilemmes moraux
  • Connaitre les types d’argumentation et les courants de pensée en éthique, en philosophie morale et en anthropologie de la santé
  • S’approprier les différentes représentations de la santé et de la maladie
  • Connaître les règles de l’intégrité scientifique et de l’éthique de discussion

Compétences pour le parcours « Addictologie : de la cellule au comportement humain »

  • Connaître l’évolution des concepts, les modèles et les classifications utilisées en addictologie
  • Appréhender les différentes hypothèses étiologiques (neurobiologiques, génétiques et psychopathologiques) utilisées en addictologie
  • Connaitre les aspects pharmacocinétiques et pharmacodynamiques des principales substances psychoactives
  • Appréhender les aspects éthiques, philosophiques et anthropologiques des conduites addictives
  • Connaître l’organisation des systèmes de soins, de surveillance, de prévention et d’éducation pour la santé en addictologie
  • Appréhender les principes de la prise en charge pharmacologique et non pharmacologique des conduites addictives

 

DEBOUCHES

A l’issue du Master, les étudiants peuvent :

  • Réaliser une thèse en France ou à l'étranger
  • Intégrer les métiers de la culture et du patrimoine
  • Faire valoir leurs compétences dans les laboratoires de Recherche et Développement de certaines sociétés privées
  • Agir dans la médiation scientifique
  • Intégrer les métiers au sein d’entreprises spécialisées dans la fouille archéologique
  • Animer des projets d’équipe au sein d’institutions hospitalières, médico-sociales et sanitaires
  • Candidater à des missions d’ordre public en tant que déontologue, référent en intégrité scientifique, formateur en éthique ou participant à un comité d’éthique.
  • Intégrer les structures de soins spécialisées en addictologie publiques ou privées
  • Faire valoir la compétence dans des laboratoires pharmaceutiques
  • Faire valoir la compétence dans les structures rattachées au système de santé publique/dispositif de veille sanitaire national et international

Secteurs : recherche ; éducation et formation ; action sociale ; services aux particuliers et aux entreprises ; culture, loisirs et tourisme ; coopération et développement ; santé ; médiation scientifique ; santé (psychiatrie, pharmacologie, santé publique) ; services aux particuliers et aux collectivités

Employeurs : administrations publiques (fédéral, communautaire, régional, européen, …); universités; CNRS ; MNHN ; organismes d’étude (observatoires, fédérations, …); service d’étude de grandes entreprises; associations ; ONG, structure relevant du ministère de la culture (Institut National de Recherche en Archéologie Préventive, Service Régional de l’Archéologie, Services municipaux, Conservateur de Musée, etc..), société privée de fouilles archéologiques, accès aux corps des techniciens et ingénieurs dans les EPST ; Agence régionale de santé, Espace régional de réflexion éthique ; agences de veille sanitaire ; organismes de santé publique ; structures de soins publiques ou privées d’hospitalisation/hébergement/soins ambulatoires ; réseaux ; associations ; services sociaux

 

LIENS AVEC LA RECHERCHE

  • UMR 7268 ADES (AMU / CNRS / Etablissement Français du Sang)
  • Institut Français des Sciences et Technologies des Transports, de l’Aménagement et des Réseaux (IFSTTAR)
  • Institut hospitalo-universitaire Méditerranée infection
  • Réseau Universitaire International de Bioéthique (RUIB)
  • Académie internationale d’éthique médicale et de santé publique
  • Centre d’excellence Maladies Neurodégénératives (DHUNE)
  • Institut de Neurobiologie de la Méditerranée, INMED INSERM U901
  • Santé Publique et Maladies Chroniques, EA 3279

 

 

Responsable de Formation

  •    Professeur Pascal Adalian

Renseignements administratifs

  •    Mélanie Di Paola
    UMR 7268 ADES
    Faculté de Médecine de la Timone
    Rez-de-Chaussée Aile Rouge
    27 Boulevard Jean Moulin
    13385 Marseille Cedex 5, FRANCE
      melanie.di-paola[at]univ-amu.fr
      +33 (0)4 91 32 45 16

Organisation pratique

  •    Durée de l'Enseignement : 4 semestres
  •    Crédits européens : 120 ECTS
  •    Lieux d'enseignement : Marseille Timone et Fac Nord
  •    Langue d'enseignement : Français